mardi 8 janvier 2019

la sirène perdue est un fil tendu entre le son et l’image entre la musique et le tableau entre la chanson et la photo la sirène perdue est un trait de lumière dans la mer la sirène perdue est la rencontre entre la batterie Atari et la fourrure synthétique rouge mouchetée d’argent entre la production adroitement léchée et le visage outrageusement maquillé entre les paroles qui disent des ceci cela qui vont droit au cœur et les guibolles qui font mine de se cacher en elles même pour sourire à la peur la sirène perdue a des yeux comme des puits qui nous culbutent tout au fond de l’enfance pour nous offrir le plafond de l’éternité par l’ouverture d’un hublot

dimanche 16 décembre 2018

il a retrouvé sa peau de pêche imberbe qui est une peau de caramel ses yeux s’agrandissent presque comme les yeux de Bambi le dessus de sa tête est délicatement frisé et ses tempes sont bien taillées les rides de son rictus qui lui plombaient la couenne comme celle d’un pauvre diable de Jérôme Bosch ont disparu il est redevenu grand dans la fraîcheur du ciel bleu parcouru de traînées blanches sa métamorphose déborde sur le paysage ainsi sa cense aménagée dans un vieux corps d’usine prend l’allure d’une majestueuse cathédrale légèrement de guingois comme en appui sur la hanche les grands vitraux sombrement monochromes sont des yeux de Bambi qui reflètent le monde on imagine la bâtisse tombée d’un ciel bleu mentholé il y a longtemps le cratère a fini par s’habiller en clairière et les arbres alentours s’ouvrent comme un bouquet

lundi 3 décembre 2018

c’est un clin d’œil fait de cerise un accroche-cœur rouge vif le velours d’un rideau de théâtre dans le faisceau d’un projecteur avec une poupée à tête d’homme qui se dandine entre nougats et pommes d’amour il s’y passe des choses que l’on ne voit que dans les baraques foraines c’est mini bonnes femmes bas noirs cambrures beurre de jambe et mitraillettes

samedi 27 octobre 2018


c’est la fin de journée on perçoit de l’agitation dans le métro on parle d’interruption de ligne mais impossible d’obtenir une information ce n’est qu’une fois à la gare qu’il devient évident que nous ne pourrons aller plus loin nos contacts avec le monde ont été limités aujourd’hui nous ne nous sommes pas informés en parcourant du regard les premières pages de journaux le voyage s’achève donc à la gare sans correspondance possible en longeant le couloir de sortie nous sommes surpris par un puissant flash qui blanchit la voute du plafond vient à l’esprit une situation de guerre l’automne est très estival sur le parvis de l’hôpital des infirmières en bonnet vert fument la cigarette en s’agitant autour d’un shooting-performance dont l’objet est une femme en string qui ressemble à une confiserie de ducasse avec chichis et ballons colorés elles sont incapables de nous apprendre quoi que ce soit sur la situation que nous vivons elles ne semblent pas spécialement savoir qu’aujourd’hui est la Toussaint ces infirmières sont paumées nous entendons juste parler d’alerte factice et c’est sur ces mots que nous commençons à longer le mur de briques claires qui vire en s’enfonçant dans l’obscurité

mercredi 17 octobre 2018

à l’intérieur se trouvent des portes qui s’ouvrent sur des pièces condamnées depuis longtemps au loin c’est un empilement de petites cases de lumière comme un navire de croisière vu du quai puis l’air s’engouffre et les espaces s’élargissent le parfum du bois vivant perce la couche de poussière la caresse du soleil sur les nervures du plancher révèle les stigmates de la vie terrée au creux des lattes derrière la vitre le ciel se dresse à la verticale comme un océan et les mésanges nichent dans une cavité de la brique chauffée juste à côté de la fenêtre

lundi 15 octobre 2018

cette licorne est un vrai narval ma parole être négligé n’est pas la même chose qu’être tiré à quatre épingles ce n’est même pas la tête et les jambes c’est la bouche et le sommet du crâne avec le bras qui fait le lien un deux trois quatre ronds de poignet et c’est le schisme comme lors de notre discussion avec Joseph et les carmélites il est question de jeunes qui font le mur il est question de filles qui glissent une alliance dans leur culotte pour savoir si la lune est pleine ou rouge ou des autres couleurs de l’oracle