samedi 29 avril 2017



ce sont toujours les mêmes têtes mais ce sont de nouveaux gens avec épinglé sur le devant du tee-shirt blanc Lisa avec le châtain ras sur la nuque avec à la place des yeux deux minuscules châtaignes Lisa se baisse comme elle danse le twist ou le whop doo whop Lisa installe l’étalage à dégustation de vins de Savoie serait-il donc possible qu’elle ait porté un turban de mémère pékinoise pour faire une farce ou un déguisement à moins que ce ne soit une manœuvre de Charles Ingalls qui l’aurait de plus convaincu de se prénommer Lisa plutôt que Linda et ses yeux de châtaigne Linda et le souvenir de sa nuque rase Linda et son matricule en apesanteur dans 1 tour de maman il y a 60000 clefs David vient avec le visage sans visage Davis repart avec le visage sans visage peut-être la clef se trouve-t-elle parmi les 60000 avec des éléments concordants tels que le non vin de Savoie plus maintenant avec des bocaux de confiture et de pâte à tartiner en lieu et place des bouteilles vertes est-ce la conséquence d’une mutation physico-psychique ou la projection dans le rêve d’une existence prochaine où Lisa plutôt que Linda mais à ce stade ça reste peu probable à cause de cette unité de lieu et de douceur ici Cuinchy le poste de radio à façade argentée et le vu-mètre pour l’accord des stations de la radio qui sent la barbapapa dans la tête toutes ces voix coup de boule qui continuent les auto-tamponneuses et les klaxons à gros voyant vert Guy Marchand sort de la Rafale en chemise beige qui est le blanc soufré par la mine et la résistance du corps et de l’âme

dimanche 12 février 2017


Pauline depuis si longtemps il aura fallu attendre le concert d’aujourd’hui ce sont les faits mais les images ne leur correspondent pas ainsi Pauline est perchée en haut d’un vélo sur le fond bleu orangé d’un ciel d’automne nulle part entre deux petites villes nous avons rendez-vous pour le concert du lendemain qui serait en réalité un bal paysan dans une salle des fêtes voilà que nous sommes à la soutenance d’habilitation à diriger des recherches de Joe la salle est comble et la soutenance interminable nous occupons un lit disposé le long des rangées de chaises ça parait étrange mais peut-être est-ce tout simplement la soutenance de Joe qui nous envahit pendant que nous nous reposons du monde

samedi 4 février 2017


ce n’est que porté par l’amour universel qu’il est possible d’accéder au frisson des pieds tout doucement dans l’eau froide sous le flanc on perçoit un grondement sourd comme l’écho d’une avalanche souterraine est-ce la réplique des soubresauts de l’histoire ou une profonde réaction à ce qui est en train de se passer